“Il faut s’entendre avec les gens, mais il faut aussi reconnaître que la force d’une équipe est différente pour des personnes ayant des perspectives et des personnalités différentes”. – Steve Case

Avez-vous le sentiment que vous avez du mal à parler à votre patron, à vos employés ou à vos collègues ? Peut-être que l’un d’eux a des attentes indéniablement élevées ? Ou peut-être avez-vous le sentiment que vos collègues sont inappropriés et odieux, ou peut-être parlent-ils trop lentement et n’en viennent pas assez vite au but ?

Si vous travaillez avec un groupe de personnes, vous avez remarqué que les gens, par leurs types de personnalité, adoptent des styles de communication différents. C’est là que réside le défi : nous ne sommes pas naturellement branchés sur le style de chacun. Lorsque vous ajoutez au mélange des différences générationnelles, culturelles et de genre, cela peut devenir désordonné.

À mon avis, pour que la collaboration entre les membres d’une équipe soit pratiquement exempte de drame et fonctionne à plein régime, il est important de comprendre le style de communication de chacun, ainsi que le vôtre. La bonne nouvelle est que tout le monde, et je dis bien tout le monde, peut apprendre et s’adapter aux styles de communication des autres afin de mieux travailler avec eux. Avec la pratique, les gens finissent par apprendre à aborder les autres et les situations différemment.

Les 4 styles de communication

Dans la meilleure des équipes, vous trouverez une diversité de personnalités et de modes d’expression. Pour une cohésion maximale de l’équipe, vous voulez qu’elle soit représentée par certains traits propres au style de chaque individu et corresponde aux activités et aux tâches particulières du poste : animation d’un groupe de travail, animation d’une réunion du conseil d’administration, définition d’une stratégie ou résolution de problèmes. Tout le monde joue un rôle et le tout est plus grand que la somme de ses parties.

En examinant les points forts de chaque membre et en construisant vos équipes, assurez-vous que ces quatre styles de communication règnent pour une collaboration optimale.

1) Le Leader Communicateur :

Ce membre de l’équipe a pour mission d’obtenir des résultats, de voir la situation dans son ensemble et de se concentrer sur le résultat final. Ce sont des communicateurs efficaces et motivés qui font toujours leur travail.

Ils communiquent avec un langage de prise en charge et sont souvent considérés comme “autoritaires”, car ils ont naturellement tendance à diriger les autres et à faire avancer les choses, même s’ils ne sont pas votre patron.

Les responsables de la communication n’ont pas besoin d’être des leaders, mais ils le sont souvent. Leur propension à “gagner” et leur grand besoin de réussite sont dus à leur confiance en soi, leur motivation et leur nature compétitive. Bien qu’ils puissent fréquemment se heurter à d’autres personnes et se mettre au pas, ils sont la clé du succès d’une équipe car ils ne craignent pas l’échec.

Exemple de « Leader Communicateur » : John Chamber, ancien PDG de Cisco Systems. Il disait « La chose la plus importante que les dirigeants d’entreprise doivent comprendre, est de rester concentré sur les choses que vous pouvez contrôler et influencer, exécuter, exécuter et exécuter! »

 

2) Le communicateur social :

Comme vous l’avez peut-être deviné, le contact avec les gens est la première priorité du « Communicateur social ».

Parmi les quatre styles de communication, ce sont les meilleurs communicateurs. Ils sont conscients d’eux-mêmes et peuvent s’identifier beaucoup plus facilement aux trois autres styles.

Ce sont d’excellents facilitateurs, et ils sont capables d’encourager et de développer d’autres personnes. Il est important de s’en souvenir si vous êtes dans un rôle de leader. Lorsque vous pensez à identifier des dirigeants potentiels pour développer des équipes, vous voulez inclure des communicateurs sociaux dans votre équipe.

Les communicateurs sociaux sont attirés par les emplois qui impliquent un degré élevé d’interaction sociale et de création de relations.

Exemple de « Communicateur social » : Mahatma Ghandi. Il disait « Le bonheur, c’est quand ce que vous pensez, ce que vous dites et ce que vous faites sont en harmonie »

 

3) Le communicateur libre d’esprit :

Les communicateurs libres d’esprit n’aiment pas être liés par des conventions. Ce sont des personnes expérimentées, aventureuses et qui pensent différemment. Ils ont pensé ou dit : “Tu fais ton truc et je fais le mien.” Ils se fixent et atteignent des objectifs ambitieux, et ils n’aiment pas qu’on leur dise : “Vous ne pouvez pas.”

Ce sont des gens qui aiment s’amuser. Ils apportent joie et spontanéité aux situations sociales. Ils apportent également un sens du flair, en regardant des situations et des problèmes anciens d’une manière nouvelle que les autres ne voient peut-être pas.

Ils s’adaptent bien aux situations nouvelles et inédites. Ils se montrent à la hauteur en temps de crise et deviennent des solutionneurs de problèmes créatifs. Ils pensent de manière originale, apportant une valeur ajoutée lorsque les équipes sont à court d’idées et de solutions.

Parce qu’ils aiment la vie et qu’ils aiment s’amuser, le jeu leur vient naturellement et facilement. Ils sont la vie de la fête.

Ils ont besoin de liberté et ne peuvent pas être liés à des emplois normaux de 9 à 5. Ils sont attirés par des emplois et des projets qui leur apportent de l’aventure, de l’excitation et de l’autonomie.

L’inconvénient de ce style est qu’ils s’ennuient facilement et veulent changer les choses, parfois sur un coup de tête. Leur besoin constant de “relever le prochain défi” peut provoquer des conflits avec les autres membres de l’équipe.

Exemple de « communicateur libre d’esprit » : Richard Branson, entrepreneur et PDG de Virgin Group. Il disait « Si quelqu’un vous offre une opportunité extraordinaire et que vous n’êtes pas sûr de pouvoir le faire, dites oui et apprenez à le faire plus tard! »

 

4) Le communicateur sensé :

Ils sont vraiment les piliers qui maintiennent le bâtiment ensemble, et une force avec laquelle il faut compter. Ils communiquent avec une seule intention : faire le travail, et le faire bien.

Ils sont extrêmement travaillants, fiables, dignes de confiance et adoptent une approche rationnelle des relations de travail et de la communication avec leurs pairs.

Ils sont très organisés et structurés dans leur façon de fonctionner et de parler. Ils atteignent un “high” lorsqu’ils accomplissent tout ce qui figure sur les listes de tâches.

Leurs principaux atouts sont un engagement personnel fort dans leur travail, la précision, la ponctualité et le fait de voir que les autres font de même pour bien faire le travail. Ils sont également très loyaux, attentionnés et dévoués à ce qu’ils font.

Leur persévérance pour accomplir le travail ou relever un défi est extraordinaire. Ils prennent leurs responsabilités très au sérieux, et cela se voit dans la façon dont ils s’expriment.

Si vous vous demandez ce qui motive le “communicateur sensé” à mieux s’identifier et à s’exprimer dans son style, concentrez-vous sur deux choses :

  • Fiabilité : Parce qu’on peut leur faire confiance dans tout ce qu’ils entreprennent, ils attendent des autres qu’ils respectent leurs engagements et soient fiables.
  • Prévisible : Ils aiment que tout soit prévisible. Parlez dans un langage qui leur assure la routine, l’ordre, la structure et l’organisation.

Exemple de « communicateur sensé » : Aristot. Il disait « Nous sommes ce que nous faisons de manière répétée. L’excellence n’est donc pas un acte, mais une habitude »

 

En résumé, les traits qui définissent les styles de communication :

Le « Leader Communicateur » : Affirmé, autoritaire, candide, convaincant, directe, exigeant, dominant, dramatique, efficace, termine les phrases des autres, focalisé, orienté vers les objectifs, impatient, courageux, perfectionniste, aller à l’essentiel, urgent, verbal.

Le « Communicateur social » : Agréable, empathique, expressif, flexible, gracieux, utile, non envahissant, respectueux, ouvert, sociable, paisible, ludique, réactif, réfléchi, compréhensif, invitant.

Le « communicateur libre d’esprit» : Autonome, curieux, ose, défiant, différent, expressif, extroverti, dramatique, amusant, grégaire, insouciant, déterminé, énergique, impulsif, spontané, innovant, interroge l’autorité, vif, impulsif, capricieux, imprévisible, désorganisé.

Le « communicateur sensé » : Précis, extrémiste, complet, compulsif, cohérent, contrôlant, engagé, fiable, minutieux, déterminé, juste, logique, méthodique, obsessif, spécifique, tenace, profond, traditionnel.

 

Comment communiquer avec ces différents styles de communication :

Le « Leader Communicateur » : Soyez clair, futé, bref, et rapide

Le « Communicateur social » : Soyez disponible, solidaire et relationnel.

Le « communicateur libre d’esprit» : Soyez vrai, soyez innovant, soyez moderne et amusez-vous.

Le « communicateur sensé » : Soyez minutieux, préparé, tenace, juste et vrai.

 

Question essentielles à se poser :

  1. À quel style de communication chaque membre de votre équipe ressemblent-ils?
  2. Quels sont les atouts pour chacun de ces styles pour votre équipe actuelle ou future ?
  3. Comment maximiser ces ressources au sein de votre équipe?

 

En conclusion pratique :

En comprenant mieux la personnalité et les styles de communication des personnes qui vous entourent, y compris vous-même, vous pouvez exploiter les points forts de chaque membre pour travailler et communiquer plus efficacement. Il est également utile d’être conscient de vos limites et de celles des membres de votre équipe afin de ne pas entraver l’optimisation des performances de l’équipe.

Mais avant même de penser à constituer une telle équipe, vous n’avez pas à le faire tant qu’ils ne se comprennent pas profondément. Il faudra pour cela un travail de développement personnel et de prise de conscience de soi.

Ce que je dis normalement aux gens, c’est que si les membres de l’équipe se comprennent profondément entre eux, et de ce qui les entoure, il n’est jamais trop tard pour remonter le moral des troupes et de diminuer les conflits de manière importante.

 

Nathalie Charette,
PDG